Les beaux récits de Cathy

Bienvenue sur mon blog

La pluie glisse

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 19 août, 2009 @ 2:33

La pluie glisse sur mon corps, pénètre mon coeur

En sillons humides, froids, pareils au métal

Résonnant en une plainte, un cri séplucral

Qui n’éteint pas le feu sournois de mes ardeurs

…..

Audace fougueuse et tempête de mes peurs

Je suis tout à la fois le désir animal

La virginité et la colère ancestrale

Trio dissimulé sous trompeuse torpeur

…..

Que j’aimerais plonger un couteau dans ce corps

Fouiller et en extirper les moindres ressorts

Pour enfin étouffer ces élans douloureux

…..

Dans le sang noir de ces instincts l’encre est trouvée

Et de ses mots la bête sera muselée

Pour que suivent encore des jours gangreneux.

 

3 décembre 2008

La femme qui rêve

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 13 février, 2009 @ 12:53

 

http://i41.servimg.com/u/f41/11/91/11/45/femme_11.jpg

Assise, couchée ou au travail, elle rêve
L’esprit  vagabond, au gré de ses désirs
Parfois, elle est une nouvelle Eve
Qui pour la pomme prohibée soupire
Avant de devenir par enchantement
Maîtresse lascive assouvissant ses fantasmes
De ceux qu’elle garde secrets en dedans
Ceux qui se terminent en savoureux spasmes
Pour cette fois, elle est femme-enfant, fragile
S’invente courtisée dans la douceur et la délicatesse
Par un amant connu mais inconnu et par là agile
Et termine dans ses bras, moment de tendresse
Mais ce n’est qu’onirisme, loin de la réalité
Elle est toujours là dans son monde, rêvant sa vie
Crainte insensée d’être repoussée, d’être blessée

Pourtant, elle espère toujours réaliser ses envies

19 juillet 2008

Exploration (poème en prose)

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 13 février, 2009 @ 12:50

L’étranger est immobile, fasciné par le spectacle qui se dévoile à ses yeux.

Il contemple les monts et collines, les vallées profondes où jouent les ombres.

Hésitant, respectueux, il entame son exploration de ce nouveau paysage, attentif à ne point troubler, à ne point effrayer.

Pourtant, elle se dérobe, refuse de le laisser découvrir les régions les plus secrètes.

Il lui faut être patient, avancer en mouvements furtifs pour se retirer en attente, apprivoiser cette nature sauvage et méfiante.

Persévérant, il finit par vaincre les obstacles et découvre le lieu le plus secret, caché par une forêt luxuriante.

Cet endroit à la chaleur moite et à la source tiède qu’il lappe, à laquelle il se désaltère.

Un frémissement parcourt l’étendue sur laquelle son corps repose, se propageant de haut en bas, de gauche à droite, 

prenant  naissance dans un creux secret qu’il lui tarde de découvrir.

La gtotte, profonde et sombre s’ouvre enfin à lui et il y pénètre en gestes lents.

Les parois l’enserrent et il en éprouve un trouble ennivrant.

Il ressort à l’air pour y entrer à nouveau, et connaître encore et encore cet émoi.

Et quand enfin, il s’arrête dans un dernier effort de jouissance extatique,

il est satisfait d’avoir découvert les moindres recoins de ce monde inconnu, de l’avoir arrosé, apaisé et fait revivre.

Au moins pour un temps, jusqu’au prochain inconnu.

23 juin 2008
http://i41.servimg.com/u/f41/11/91/11/45/femme_10.jpg

Jalousie

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 13 février, 2009 @ 12:44

Quel est donc cet être qui vient de pénétrer dans la pièce ?
Cette créature toute de noirceur et de critiques
Qui s’exprime par la colère, par les mots qui blessent
Et qu’on ne peut faire disparaître d’un clic
C’est elle : la jalousie qui surgit sans prévenir
Qui s’invite à la tablée, au milieu des convives
Aveugle à tout, sauf, hélas, à vous faire souffrir
Plantant des griffes de douleur noire et vive
Elle espère une réplique pour foncer dans la mêlée
Et user ses crocs, serres et poisons venimeux
Dans la chair ou le cœur de ceux qui l’ont provoquée
Pour détruire ce moment et briser l’instant joyeux
Tenter de l’apaiser par quelques mots choisis
Ne sert qu’à augmenter sa sombre colère
Le persuader que par tous, ici ou ailleurs, il est trahi
Et le voilà, ravi de l’excuse prêt, à croiser le fer
Qu’importe pour lui que vous soyez coupable ou pas
Il y a eu flirt, c’est ainsi, il l’a décidé et ne veut écouter
Trop occupé à se torturer, il ne cherche que les tracas
Et vous laisse exsangue, exaspérée et dégoûtée.
 

Telle est la jalousie
Ce travers qui vous ennuie
C’est elle la jalousie

Ce sentiment pareil à la pluie

3 mai 2008 http://i41.servimg.com/u/f41/11/91/11/45/jalous10.jpg

Jalousie

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 12 février, 2009 @ 5:36

Quel est donc cet être qui vient de pénétrer dans la pièce ?
Cette créature toute de noirceur et de critiques
Qui s’exprime par la colère, par les mots qui blessent
Et qu’on ne peut faire disparaître d’un clic
C’est elle : la jalousie qui surgit sans prévenir
Qui s’invite à la tablée, au milieu des convives
Aveugle à tout, sauf, hélas, à vous faire souffrir
Plantant des griffes de douleur noire et vive
Elle espère une réplique pour foncer dans la mêlée
Et user ses crocs, serres et poisons venimeux
Dans la chair ou le cœur de ceux qui l’ont provoquée
Pour détruire ce moment et briser l’instant joyeux
Tenter de l’apaiser par quelques mots choisis
Ne sert qu’à augmenter sa sombre colère
Le persuader que par tous, ici ou ailleurs, il est trahi
Et le voilà, ravi de l’excuse prêt, à croiser le fer
Qu’importe pour lui que vous soyez coupable ou pas
Il y a eu flirt, c’est ainsi, il l’a décidé et ne veut écouter
Trop occupé à se torturer, il ne cherche que les tracas
Et vous laisse exsangue, exaspérée et dégoûtée.
 

Telle est la jalousie
Ce travers qui vous ennuie
C’est elle la jalousie

Ce sentiment pareil à la pluie

3 mai 2008

http://i41.servimg.com/u/f41/11/91/11/45/jalous10.jpg

Ecrire

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 11 février, 2009 @ 10:54

Ecrire pour continuer à vivre
Ecrire pour moins souffrir
Et surtout ne pas mourir
Des mots à la suite, spontanés
Parfois difficiles, voire forcés
Des mots pour persister à aimer
Lettres posées pour être vues
Lettres avec du sens pour être lues
Etre écoutée, entendue
Lettres et mots pour une histoire
Pour tout faire savoir
Pour retrouver espoir
Ecrire aussi pour créer
Mondes imaginaires, inventés
Personnages par nous sculptés
Faire rire, pleurer ou rêver
Ecrire parce que c’est vital
Autrement vient le mal
On n’est plus qu’un animal
Pour preuve ces quelques écrits
Qui sur la page ont fini

Parce que toujours, il faut écrire

27 avril 2008

http://i41.servimg.com/u/f41/11/91/11/45/ecrire10.jpg

Etreinte

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 11 février, 2009 @ 10:51

Une bouche qui erre, s’égare, s’attarde aux renflements gonflés
Langue qui titille, excite, s’entête à faire bouillir le sang
Le désir qui monte, enfle, abat les barrières de la timidité
Une chaleur, moiteur parfumée déposée sur la main de l’amant
Qui visite et explore les dénivellations du paysage sous ses doigts
Et finit, attente trépignante, par coller ses lèvres à l’intimité suppliante
Plaisir de la caresse, frissons qui se propagent, troubles et émois
Halètements, discrets, retenus, et puis rapides, adrénaline montante
Implorations, « ne t’arrêtes pas ». Le bassin qui remue, rester soudés
Soupir de soulagement quand l’orifice comblé par la moitié perdue
Se retrouve dans son unité. Va et vient, rythme tendre et léger
Plus vite ! Mains partout, baisers enfièvrés, course éperdue
Le moment se profile, la jouissance arrive, le temps qui suspend son vol
Pour laisser enfin l’orgasme tout englober, finalité de l’étreinte
Instant suprême, secondes d’extase non enseignées à l’école
Dans un dernier enlacement, c’est la fin, l’excitation enfin éteinte.

21 avril 2009

 

http://i41.servimg.com/u/f41/11/91/11/45/etrein10.jpg

Ombre

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 10 février, 2009 @ 6:42

A mon âme défendante, je suis ombre
Fidèle, soumise, obéissante
N’ayant que contours sombres
Comme ma vie pourrissante.
Parfois multiples par mes nombreuses lumières
Je suis le mouvement de toutes
Dans une éternelle prière
D’enfin prendre une autre route.
Sans décision propre à mon envie
Fantôme condamné à copier
Opinions ou actions, subies
Pour une éternelle éternité.
Me reste-t-il un recoin caché, perdu
A retrouver, quête utopique
Aux multiples sentiers trop ardus
Pour devenir mon soleil mythique.
Abandonner l’ombre enchaînante
S’élancer sur la liberté
Danse survoltée, entraînante

 

Et enfin exister.

21 mars 2008

http://i41.servimg.com/u/f41/11/91/11/45/ombre10.jpg

 

Marre

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 10 février, 2009 @ 11:49

 

Fatiguée de cette vie merdique
À mordre sur sa chique
Essayer de tout calmer
Sans toujours y arriver
Position fœtale pour ne rien écouter
Et tout entendre, bien forcée
Parler pour rien, dans le vide
Pour récolter un bide
Faire le tampon entre fils et mari
Pour éviter les conflits
En avoir marre de ne servir qu’à ça
Pour qui, pour quoi tous ces tracas
Tous sont dans les torts
Aucun ne fait d’effort
Aucun n’a raison
Tous sont dans la déraison
Incapable de montrer son parti
Tenter de calmer les esprits
Et pourtant savoir où est le chemin
Pour pouvoir être serein
Mais impuissante à l’emprunter
Par défaut d’écœurante lâcheté
Et pour combattre la désespérance
Rêver d’ailleurs, d’une autre chance
Sans plus personne à ménager
Enfin seule pour ressusciter
Tout glisser dans l’amnésie

Et être heureuse, épanouie

16 mars 2008

http://i41.servimg.com/u/f41/11/91/11/45/27802210.jpg

Les liens du non-sang

Classé dans : POEMES, TROISIEME PERIODE — 10 février, 2009 @ 11:30

Les liens du sang unissent les familles

Rapprochent les parents et les enfants
Les sœurs s’en trouvent unies
Les frères ensemble dans un clan
Tante, oncle ou grand-mère
Tous s’aiment même dans les conflits
Formant une barricade de fer
Pour lutter contre les ennemis
Et puis il y a les étrangers
Surgissant au hasard de la vie
Qui sans le chercher
S’imposent, doucement, sans envie
Des attaches se créent, solides
Accouchant d’un sentiment
Qui ne prend pas une ride
Pour une fille et sa deuxième maman
Et quand on devient une mamy
On est tout aussi  heureux
Que pour ses fils chéris
Et on remercie les cieux
 

Voilà des liens qui ne sont pas de sang
Mais tout aussi fort, sont les liens du non-sang.

04 février 2008

12
 

puzzle d'une vie |
Post scriptum |
Partager des mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Thoughts...
| livres d'occasion bouquinsd...
| marcloupias